Oh la belle musique!

Je viens de me prendre une de ces claques, comme j’aime! Non, je ne suis pas maso. Voilà: Ce jeudi 15 mars, je prends le train pour aller trouver une tante à Fribourg. Et je me suis dit comme ça que, tant qu’à payer le train, autant que le déplacement soit rentabilisé au max. Ainsi donc ai-je regardé mon ordinateur dans le blanc de l’écran et lui ai demandé: “Internet, mon bel internet, dis-moi. Y a-t-il des concerts intéressants jeudi soir, entre Lausanne et Genève?”

Tendresse minérale

Elles se tiennent immobiles, par deux, comme figées dans un geste de tendresse. Il y a celles qui se juxtaposent, celles qui se superposent. Celles-là se ressemblent, celles-ci se dissemblent… Toutes se rassemblent.

Amine, Hamza et quelques autres.

Oui, je sais: j’ai déjà publié un billet il y a deux jours et il n’est pas dans mes habitudes de remettre ça si rapidement. Oui, je sais: il s’agissait déjà d’un article sur un concert auquel j’avais assisté. Oui, je sais: je t’ai déjà parlé d’Amine et Hamza à l’occasion d’un magnifique concert au Cully Jazz, l’an passé. Oui, je sais. On est dimanche, et le dimanche, normalement, j’en fous pas une. Oui, je sais tout ça. Mais c’est toi qui ne sais pas.

Trop

Je suis tombé par hasard et successivement sur deux articles qui n’ont a priori aucun rapport, quoique… En tout cas, ils ont créé dans ma tête une étrange perspective. Si tu veux bien, je t’en parle d’abord et t’indiquerai les références en fin de billet.

Un flipper dans la tête

J’ai un flipper dans la tête. J’te jure, des fois c’est flippant (mouarf!) Cherche pas, je t’explique: J’ai une idée, comme ça, une belle idée bien ronde et bien lisse, elle part tout droit, semble être promise à un beau destin, un destin d’idée qui roule bien, qui marque des points en se réalisant, ajuste sa trajectoire, accepte de composer avec le réel en profitant des rencontres et obstacles pour évoluer, et fini par donner un beau résultat.

Gunhild Carling met le feu à Bernex

(Week-end festivalier, semble-t-il! François était à Sion, Greg à Lausanne, et moi…) C’est fou ce que je découvre comme festivals de jazz depuis que je m’intéresse à cette musique! Ce week-end, par exemple, il y en a un à Bernex (dans la campagne genevoise). J’ai dû le voir passer sur des affiches les années précédentes, mais je ne m’en souviens pas plus que ça. Ceci dit, ces “Rencontres musicales” alternent les styles: Rock’n’Roll 50′-60’, Country, Jazz et Folklore suisse (voir l’historique à la fin du lien ci-dessus). Mais cette année, j’ai vu l’affiche, j’ai vu le mot JAZZ en grand, j’ai regardé le programme et constaté que mon agenda était tout disposé à lui faire de la place. De plus, c’est un festival gratuit.

Du yogourt au bonheur.

Soit un yogourt.

Nature.

À la base, en ce qui me concerne, je peux trouver ça bon, mais quand même, j’ai tendance à préférer lorsqu’il y a un peu de sucre. De goût sucré. Par exemple, j’aime y ajouter une tombée de miel liquide.

Passionnant, non?

Attends, tu vas comprendre.

Coup de soleil à la caisse

La scène se passe aux caisses d’un magasin d’alimentation.

Le moment crucial où tu choisis dans quelle file d’attente tu vas te mettre. Pour cela, il faut tenir compte de la longueur de la colonne déjà en place. Il faut donc dénombrer les personnes et jauger la quantité d’articles contenue dans leur caddie.