marche

Le quadrupède et la danseuse

Lentement, il avance le pied droit. Pendant ce mouvement, je crois déceler dans le regard de cet homme une préoccupation majeure: conserver sa stabilité grâce aux trois autres points d’appui. Le pied droit, donc.  Là, c’est fait. Aussitôt, c’est au tour de la béquille gauche d’avancer. Puis, sans délai, mais sans précipitation, le pied gauche …

Le quadrupède et la danseuse Lire la suite »

J’arrête de falloir

Il y a … trois ans (déjà!), j’ai partagé avec toi une réflexion sur le verbe falloir. Le titre de mon billet était: “Mais pourquoi faut-il toujours qu’il faille falloir?” (lien) Je prenais la résolution suivante (citation): Cet après-midi, il fait beau. D’aucuns prétendraient sans vergogne que, avec un temps pareil, il faut sortir. Eh …

J’arrête de falloir Lire la suite »

Marcher sans attente

Bizarre. La dernière fois que je suis venu marcher ici, la température était à peu près la même, les conditions semblables à celles d’aujourd’hui, pourtant…

Le pas et le projet

Bon.

Tu vois, l’idée, là,
juste là,
c’est de soulever le pied droit,
qui est derrière,
et d’aller le poser devant l’autre,
pas trop loin,
pas trop près,
à la juste mesure de mon pas.

Le raidillon

Être au bas d’une montée, raide, glissante, dont je me fais une montagne. Rester là, hésitant, découragé, parce que je sais que la montée va être pénible, et qu’une fois engagé il me faudra aller jusqu’en haut, parce qu’il n’y a pas de palier possible, pas de replat, c’est d’une traite. Et arrivé en haut, …

Le raidillon Lire la suite »

Cauchemar

Il fait beau. Oui, tu as bien lu le titre. C’est bien un cauchemar que je suis en train de te raconter. Mais, il est vrai, le début ne le laisse pas présager. Il fait beau, disais-je donc avant d’être grossièrement interrompu par moi-même. Le soleil brille, la température est agréable. Le temps idéal pour …

Cauchemar Lire la suite »

Marcher…

(à lire tranquillement, en respirant profondément…) Marcher… Me taire, poser sans précipitation un pied devant l’autre, avancer pas à pas, au rythme qui est le mien… Oublier la distance qui me sépare du but, juste être là, présent au pas que je suis en train de faire, et préparant du regard le suivant…

Retour haut de page