marche

J’arrête de falloir

Il y a … trois ans (déjà!), j’ai partagé avec toi une réflexion sur le verbe falloir. Le titre de mon billet était: “Mais pourquoi faut-il toujours qu’il faille falloir?” (lien) Je prenais la résolution suivante (citation): Cet après-midi, il fait beau. D’aucuns prétendraient sans vergogne que, avec un temps …

J’arrête de falloir Lire l’article »

Marcher sans attente

Bizarre. La dernière fois que je suis venu marcher ici, la température était à peu près la même, les conditions semblables à celles d’aujourd’hui, pourtant… La dernière fois, j’avais ressenti du plaisir, le plaisir simple de la marche. La dernière fois, je m’étais dit que vraiment, il faudrait que je …

Marcher sans attente Lire l’article »

Le raidillon

Être au bas d’une montée, raide, glissante, dont je me fais une montagne. Rester là, hésitant, découragé, parce que je sais que la montée va être pénible, et qu’une fois engagé il me faudra aller jusqu’en haut, parce qu’il n’y a pas de palier possible, pas de replat, c’est d’une …

Le raidillon Lire l’article »

Cauchemar

Il fait beau. Oui, tu as bien lu le titre. C’est bien un cauchemar que je suis en train de te raconter. Mais, il est vrai, le début ne le laisse pas présager. Il fait beau, disais-je donc avant d’être grossièrement interrompu par moi-même. Le soleil brille, la température est …

Cauchemar Lire l’article »

Retour haut de page