regard

La danse, mon corps et moi.

C’était il y a quelques mois.
Consultant mon mur Facebook, je tombe sur une vidéo partagée par une amie. Rien de très attirant pour moi: il s’agit apparemment d’une vidéo de danse et je ne suis pas très client de cet art. Par ailleurs, l’image est sombre et morne, tirant sur le violet ; pas le genre d’image qui donne envie, ni par sa composition ni par ses couleurs.
Pourtant je clique sur la vidéo pour en lancer la lecture, et ce pour trois raisons…

Optimisme ?

Il me semble que la situation actuelle est une excellente occasion de me reposer la question de l’optimisme.

Parce que franchement, en ce moment, je ne suis pas très optimiste…

L’art contemporain et moi, une rencontre

Enseigne du Centre d'Art Contemporain de Genève. Le mot partiellement caché derière l'immeuble voisin. On lit donc "Centre d'Art Con".

Je ne suis pas fan d’art contemporain. Pourtant j’habite dans LE quartier genevois des galeries contemporaines, le Quartier des Bains. Et même si j’ai très souvent une grande difficulté à ressentir une émotion artistique lorsque je passe devant ces vitrines, je souhaite garder l’esprit ouvert. Mais bon. Des fois, j’ai quand même du mal!

Édouard

C’est pas que j’aimais pas les arbres, hein, mais bon. Je les trouvais beaux, sans plus. Et encore, pas tous. Certains me paraissaient trop asymétriques, ou pas assez « vert », bizarres… pas réglementaires, quoi !
Je crois que l’image que j’avais de l’arbre idéal ressemblait à celle-là :

Le quadrupède et la danseuse

Lentement, il avance le pied droit. Pendant ce mouvement, je crois déceler dans le regard de cet homme une préoccupation majeure: conserver sa stabilité grâce aux trois autres points d’appui. Le pied droit, donc.  Là, c’est fait. Aussitôt, c’est au tour de la béquille gauche d’avancer. Puis, sans délai, mais sans précipitation, le pied gauche …

Le quadrupède et la danseuse Lire la suite »

Tendresse minérale

Elles se tiennent immobiles, par deux, comme figées dans un geste de tendresse. Il y a celles qui se juxtaposent, celles qui se superposent. Celles-là se ressemblent, celles-ci se dissemblent… Toutes se rassemblent.

Un verre, deux yeux, la vie.

Il m’est souvent arrivé de faire référence à l’histoire du verre à moitié plein ou vide. Or je suis en train d’en découvrir une dimension qui ne m’était jamais venue à l’idée de manière aussi claire.

…bénir

(Suite et fin de l’article précédent) C’était un matin, en me rendant au travail. Je venais de rire intérieurement à la pensée d’une situation vécue récemment. Voyant un oiseau posé sur le chemin devant moi, je me suis arrêté et lui ai souri en lui disant bonjour, doucement. Puis, lorsqu’il s’est envolé, j’ai repris ma …

…bénir Lire la suite »

Se pencher pour voir la forêt

Comme l’arbre qui, par le jeu de la perspective, cache la forêt, la peine et la douleur peuvent momentanément occuper toute la place dans le champ de la conscience. Il peut suffire de me pencher un peu ou beaucoup, suivant la largeur de l’arbre, pour apercevoir la forêt, juste là, derrière l’arbre.

Deux ballades

À gauche.. des cornets de chips vides, des emballages divers, déchiquetés et abandonnés; À droite… des bouteilles de whisky, de vodka, et des gobelets, beaucoup de gobelets, dont certains contiennent encore un liquide jaunâtre dans lequel flotte quelque mégot. Faire attention aux débris, bouteilles explosées. Et cette odeur de bière… Beurk. Fait chier. Plus loin…

Retour haut de page