La Tournée des Refuges

— Docteur! Docteur! J’ai des visions!
— Comment ça? Quel genre de visions?
— Ben… ce week-end, je suis allé faire un peu de marche en haute montagne. Et tout à coup, j’ai aperçu au loin un groupe qui progressait avec des instruments de musique sur le dos. Y en avait même un qui portait une contrebasse. Vous vous rendez compte, docteur, une contrebasse! En haute montagne! C’est pas possible! Mais qu’est-ce qui m’arrive, docteur?!?
— Oh mais c’est rien! Vous avez dû croiser la Tournée des Refuges!
— LA QUOI?

Quatre personnes encordées marchent sur la neige en haute montagne. Elles portent sur le dos, en plus de leur sac, des instruments de musique, dont une contrebasse.

photo Bruna Gehlen Korb

La Tournée des Refuges est un projet initié en 2013 par Gaspard Panfiloff, histoire de fusionner deux de ses passions: la montagne et la musique.

Le concept, sur le papier, est très simple. On prend des instruments de musique, et on va faire des concerts dans les refuges de haute montagne. Alors oui, ça veut dire transporter des instruments de musique en plus des sacs à dos, puisqu’il n’est pas question de se rendre dans les refuges autrement qu’à pieds! Parce que sa passion de la montagne, c’est pas en hélicoptère ou téléphérique qu’il la vit, le Gaspard! C’est bien un marcheur, un grimpeur, pedibus cum jambis, comme disait ma mère!

Bon. Lui, il joue de la guitare et de la balalaïka. La première année, il part avec un ami guitariste et une chanteuse russe. Ça veut dire une charge encore relativement raisonnable.

Trois personnes sur la neige enn montagne, avec leurs instruments de musique (deux guitares et une balalaïka) sur le dos.

photo Tournée des Refuges

Enfin… raisonnable… pour des vrai·es montagnard·es, hein, pasque moi, pour un projet pareil — en admettant que j’en sois — je me mettrais à la flûte à bec!

Ce d’autant plus que c’est pas deux ou trois séries de concerts dans deux ou trois refuges, mais bien un concert par jour, chaque fois dans un refuge différent! Donc, cette première édition, du 22 juillet au 1er août 2013, c’est onze concerts dans onze refuges différents!

En 2021, c’était la 10e édition. Cette année-là, Gaspard Panfiloff a été le seul à faire l’intégrale des 45 jours de marche et autant de concerts. Pour le reste, ses comparses se sont relayés, soit pour quelques jours, soit pour une ou deux semaines. Cela a entraîné une variété d’instruments, donc de répertoire.

— Attends… si la première édition a eu lieu en 2013, la dixième devrait être cette année, en 2022, non?
— Bien vu. Mais en 2019, il y a eu deux éditions. L’estivale habituelle a été précédée d’une édition hivernale en Israël, dans le Désert du Néguev.
— Ah bien, d’accord.
— Je peux continuer?
— Oui, vas-y.

L’improbable contrebasse (improbable dans ce genre de randonnée) a parfois été remplacée par… une balalaïka contrebasse! L’encombrement est… comment dire… différent!

Groupe de musique cheminant sur un sentier de montagne. La personne de queue porte une balalaïka contrebasse, moins haute mais plue large qu'une contrebasse

photo Tournée des Refuges

Tout en conservant le nom de Tournée des Refuges, le groupe joue aussi de temps en temps dans une église, une grotte, un café… mais toujours après une journée de marche, voire de varappe!

Groupe musical donnant un concert dans une grotte.

photo Tournée des Refuges

Et comme tout groupe de musique qui se respecte, le concert est — normalement! — précédé d’une répétition. Les refuges de montagne n’étant pas dotés de locaux de répétition, celle-ci a lieu dans une chambre.

Musiciens en cours de répétition dans l'espace exigu d'une chambre de refuge.

photo Tournée des Refuges

De plus, il existe des CD avec la musique des concerts (en écoute et en vente sur leur site). D’abord réalisés en studio, ils ont vite été enregistrés en public, dans les refuges. Cela signifie que des ingénieurs du son participent à l’aventure, trimbalant 20 à 30 kilos de matériel! Cerise sur le gâteau, le public peut repartir avec un enregistrement du concert auquel il vient d’assister. Quand je te disais que c’est des dingues!

Groupe de musique donnant un concert dans un refuge, devant un public souriant.

photo Till Panfiloff (Au centre, on voit l’enregistreur audio)

Et pour couronner le tout, des photographes et vidéastes viennent immortaliser certaines parties de l’aventure. D’où le fait que leur site est riche en images. Je me suis amusé à regarder toutes les photos; c’est hallucinant de voir les endroits qu’ils et elles traversent, dans des conditions météo pas toujours optimales.

Deux musiciens devant un lace de montagne, par temps de pluie.

photo Tournée des Refuges

Vas-y voir, j’te jure que ces galeries d’images valent le détour: depuis cette page, clique sur chaque affiche pour visionner les photos de l’année, puis sur la première photo pour les faire défiler individuellement dans une visionneuse en plein écran.

Sur leur chaîne YouTube se trouvent trois vidéos qui valent la peine d’être vues. Sur leur page Facebook, on trouve également quelques perles, comme par exemple cette courte séquence titrée «Balalaïka-contrebasse en snowboard!»

~ ~ ~

Je ne saurais terminer ce billet sans faire mention du projet ultime, la quintessence de la folie de Gaspard Panfiloff et ses comparses, l’archétype du ils-ne-savaient-pas-que-c’était-impossible-alors-ils-l’ont-fait: faire une traversée de l’intégrale des Alpes en 100 jours, 100 concerts, de Ljubljana (Slovénie) à Nice.

Lorsque je leur ai écrit pour demander l’autorisation d’utiliser des images pour illustrer ce billet, j’ai terminé mon mail par ces mots:

«Dans l’attente de votre réponse, je vous adresse mes meilleurs messages. Et je vous adresse aussi mes vœux de prompt rétablissement. Parce que pour faire ce que vous faites, il faut être malade!!!»

Tu veux que je te dise? Mon sentiment est que ces gens-là sont atteints par la forme grave d’une maladie très nécessaire: la Joiedevivrose aiguë.

Je me surprends à rêver d’une pandémie…

Trois musiciens, sur un promontoire surplombant un glacier, brandissent leurs instrument au coucher du soleil.

photo Christoph Sager


Site de la Tournée des Refuges
Itinéraire détaillé de l’édition 2022

2 réflexions sur “La Tournée des Refuges”

  1. Super, merci pour ces belles photos..j’en avais entendu parler à la radio!
    bises Monique

    1. Dominique Python

      Merci Monique!
      Et va voir aussi les vidéos sur leur site, elles sont parfois spectaculaires!

Laisser un commentaire

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :