j’y pense…

Réflexions philo-psycho-pouet-pouet

Dire NON

Dire NON est un cadeau… Tant que je ne t’ai pas dit NON: Tu ne peux pas connaître la véritable valeur de mon OUI; Tu peux toujours te demander, lorsque je t’ai dit OUI en face, si un NON ne sera pas dit derrière ton dos; Tu ne peux pas vraiment me connaitre; Peut-être même …

Dire NON Lire la suite »

“Tout le bonheur du monde”

Je ne souhaite jamais “tout le bonheur du monde“, parce que j’évite autant que possible de souhaiter l’impossible. Ça n’est pas utile. “Le meilleur des bons vents” présente l’avantage d’être plus dynamique, plus vivant. Dans ce sens, ce souhait-ci me conviendrait mieux. Bien que…

Choisir c’est renoncer

Choisir une option c’est renoncer aux autres… Inconfort du choix. Vient le moment où le choix sera fait… Le point de non-retour atteint… Et si ça n’était pas le bon? Si je me trompais? Droit à l’erreur…

Coeur de pierre?

Dans ma tête, deux expressions issues de mon ancienne culture catholique jouent au ping pong: “Qui changera en coeur de chair mon coeur de pierre?” Ici la pierre symbolise la dureté, l’absence de vie… “Le sage sur le roc a bâti sa maison” Ici la pierre symbolise la fiabilité, la sécurité… Et, comme pour unifier …

Coeur de pierre? Lire la suite »

Philosopher

Depuis que j’ai écrit le billet “Philosophie?”, j’ai laissé mûrir en moi la question “Pour moi, qu’est-ce que philosopher?”

Et plus je fais résonner cette interrogation, comme une corde de guitare, plus j’entends un mot vibrer avec elle, comme par sympathie harmonique. Ce mot est: Recul.

En amoureux du chiffre trois que je suis, je vois tout naturellement ce recul en trois dimensions:

Philosophie?

Lorsque j’avais 20 ans, le mot philosophie désignait pour moi “une des matières étudiées par ceux qui font des études”. Ayant quitté l’école dès que possible pour faire un apprentissage, je ne me sentais pas concerné.

De plus, ceux de mes camarades qui étudiaient la philo (diminutif utilisé par les initiés!) parlaient entre eux d’auteurs dont j’ignorais tout et dont la plupart étaient morts depuis longtemps.

Marcher…

(à lire tranquillement, en respirant profondément…) Marcher… Me taire, poser sans précipitation un pied devant l’autre, avancer pas à pas, au rythme qui est le mien… Oublier la distance qui me sépare du but, juste être là, présent au pas que je suis en train de faire, et préparant du regard le suivant…

Retour haut de page