Bloggeur blues

Lorsque j’ai commencé mon blog, il y a quelques années, je me faisais de cette activité une représentation bien carrée; j’imaginais que le flux de travail serait fluide, immuable et régulier: Avoir une idée Rédiger un texte Le relire, le corriger, le mettre en forme Publier le texte Attendre les commentaires Y répondre s’il y en a Ne pas désespérer s’il n’y en a pas Avoir une nouvelle idée etc. Bien sûr, je me doutais bien que parfois l’idée ne viendrait pas, ou qu’elle vient alors que le cycle de la précédente n’est pas encore terminé. Mais – naïveté! – je réalise que j’avais inconsciemment imaginé que, grosso modo, toute idée donne naissance à un texte, et que tout texte finit par être publié. J’ai donc commencé à publier quelques billets, et petit à petit, j’ai laissé mon blog de côté. Flemme, manque d’inspiration, découragement, désillusion…

Philosopher

Depuis que j’ai écrit le billet “Philosophie?”, j’ai laissé mûrir en moi la question “Pour moi, qu’est-ce que philosopher?” Et plus je fais résonner cette interrogation, comme une corde de guitare, plus j’entends un mot vibrer avec elle, comme par sympathie harmonique. Ce mot est: Recul. En amoureux du chiffre trois que je suis, je vois tout naturellement ce recul en trois dimensions: En retrait: Me tenir juste à côté de moi-même et me questionner sur ce que je ressens, ce que perçoivent mes sens, “comment c’est pour moi de vivre ce que je vis”? Mais aussi, d’une certaine façon, me poser la question: “Si je n’étais pas moi, qu’est-ce que je dirais en me voyant?”; ce qui suppose de cultiver la capacité à changer de regard, de point de vue… En hauteur: M’élever, pour obtenir une vue d’ensemble de la situation. Vérifier l’orientation, me résumer les épisodes précédent, anticiper quelque peu ce qui semble m’attendre; voir venir ce qui vient et s’éloigner ce qui s’éloigne, faire le point… En profondeur: Plonger en moi-même et explorer les émotions qui m’habitent et dont témoignent mes ressentis physiques; tenter de discerner ce qui, dans mes motivations, appartient à mes choix de vie […]