Souvenirs de vacances

Pendant une semaine le Jura a été un monde, mon monde. Le seul que je percevais, celui que j’habitais, celui qui, peu à peu, s’est mis à m’habiter. Je devenais partie intégrante de ce paysage, je le respirait, il faisait partie de moi. C’était bien. En rentrant à Genève, depuis la fenêtre du train, le Jura est, progressivement, redevenu une montagne, là-bas. Comme un seuil, comme un deuil. Une question s’est alors imposée: Comment garder vivant en moi les bienfaits de cette semaine jurassienne? J’avais pris soin de vivre intensément les dernières minutes passées dans ce paysage franc-montagnard, pour imprimer en moi ce silence, cette paix, cette beauté… afin qu’ils ne soient pas qu’un souvenir de vacances et que le Jura ne soit pas “juste une montagne”… …