Trois arbres

Ils sont trois, côte à côte,
ou plutôt branches à branches,
trois arbres, plantés dans le préau d’une école voisine;
j’en apperçois le sommet,
depuis la fenêtre de ma cuisine.

“Rien n’arrête une racine”

Tombé ce matin sur un texte dont voici un extrait: «Chaque personne a un ressort intérieur et des ressources insoupçonnées. Rien n’arrête une racine: en cas d’obstacle, elle le contourne et ouvre un autre chemin. De la même façon, nous avons à tracer notre chemin de vie.» (Phytospiritualité: Libérer la joie avec Agathe Frémy) Intéressant. Cette image de la racine a résonné en moi.

J’aime la nuit du matin

J’aime la nuit. Mais j’en connais deux : celle du soir et celle du matin. Et celle que je préfère, c’est la nuit du matin. Déjà parce qu’elle est plus silencieuse. Et j’aime le silence ; autant que la musique, autant que le son de la voix de ma femme, autant que la chaleureuse présence de mon fils.

Mousses

Sur le bois de l’arbre tombé, que l’on croit mort, sur le rocher, que notre regard pressé voit inerte, dans les rides du goudron et les fentes de l’asphalte qui cède, dans les pores de ce mur de ciment, et les veines de cette planche de bois mort où on la sent frémir, la vie s’impose, inévitable.

Cauchemar

Il fait beau. Oui, tu as bien lu le titre. C’est bien un cauchemar que je suis en train de te raconter. Mais, il est vrai, le début ne le laisse pas présager. Il fait beau, disais-je donc avant d’être grossièrement interrompu par moi-même. Le soleil brille, la température est agréable. Le temps idéal pour une balade.

GourmandiseS

Cet après-midi, je suis allé en ville, faire des courses. Et, histoire de m’accorder ma dose de marche quotidienne, je suis passé par le bord du lac. Arrivé près d’un stand de glaces, j’ai décidé de m’offrir ma première “glace-au-bord-du-lac” de l’année. J’ai grandi à quelques rues du Léman. Et j’ai, parmi mes souvenirs d’enfance, celui de ce plaisir très spécifique que je ressentais lorsque nous allions au bord du lac avec mes parents et qu’ils me payaient une boule de glace. Peut-être est-ce là qu’est né mon amour immodéré pour la glace sous toutes ses formes, avec une tendresse particulière pour les boules savourées “au bord du lac”.