Mon Dieu, que ce Montagne est beau!

Ce titre m’est venu comme ça. En pensant un peu à la chanson de Jean Ferrat, mais surtout parce que c’est vrai. Ce Montagne est splendide!

Bon. En fait, si je veux être fidèle à mon choix de parler au je, de partager mon ressenti plutôt que d’exprimer un jugement de valeur, je devrais plutôt écrire «j’aime ce Montagne». Mais certains coups de cœur me font déraper…

Amine, Hamza et quelques autres.

Oui, je sais: j’ai déjà publié un billet il y a deux jours et il n’est pas dans mes habitudes de remettre ça si rapidement. Oui, je sais: il s’agissait déjà d’un article sur un concert auquel j’avais assisté. Oui, je sais: je t’ai déjà parlé d’Amine et Hamza à l’occasion d’un magnifique concert au Cully Jazz, l’an passé. Oui, je sais. On est dimanche, et le dimanche, normalement, j’en fous pas une. Oui, je sais tout ça. Mais c’est toi qui ne sais pas.

Gunhild Carling met le feu à Bernex

(Week-end festivalier, semble-t-il! François était à Sion, Greg à Lausanne, et moi…) C’est fou ce que je découvre comme festivals de jazz depuis que je m’intéresse à cette musique! Ce week-end, par exemple, il y en a un à Bernex (dans la campagne genevoise). J’ai dû le voir passer sur des affiches les années précédentes, mais je ne m’en souviens pas plus que ça. Ceci dit, ces “Rencontres musicales” alternent les styles: Rock’n’Roll 50′-60’, Country, Jazz et Folklore suisse (voir l’historique à la fin du lien ci-dessus). Mais cette année, j’ai vu l’affiche, j’ai vu le mot JAZZ en grand, j’ai regardé le programme et constaté que mon agenda était tout disposé à lui faire de la place. De plus, c’est un festival gratuit.