Le Cully Jazz à Dom – Jour 5

Hier, je t’ai raconté ma croisière de lundi sur le bateau d’un capitaine arménien. Et hier soir, j’ai fait un autre voyage. Un voyage immobile. Un de ces voyages qu’on fait sans bouger, juste comme ça, parce que la musique qu’on écoute n’a pas de patrie, si ce n’est celle qu’on appelle Terre.

Le Cully Jazz à Dom – Jour 4

Ce lundi soir, un seul concert. Pour ce concert, un seul musicien: Tigran Hamasyan. C’est au Temple de Cully, qui n’a pas que des qualités. Sur ses bancs, mes fesses et mes lombaires ont de mauvais souvenirs, ce qui n’est pas sans apporter une sorte de consolation à mes pieds et genoux.

Le Cully Jazz à Dom – Jour 2

J’arrive, comme la veille, 10-15’ avant le début du concert. Il me semblait avoir remarqué que, dans le festival off, il est souvent moins impératif de venir à l’avance. GRAVE ERREUR! La salle du Club est presque pleine. Faut dire que la musicienne présentée ce soir est connue. Sauf de moi. D’où mon erreur. Plus une chaise de libre. Plein de gens debout. Je me deboute donc, juste derrière les chaises du fond, de manière à avoir une vue imprenable sur la scène, fut-ce de loin. Et le concert commence.

Le Cully Jazz à Dom – Jour 1

Tu te souviens, hier, quand je te disais que ça serait bien? Je ne m’étais pas trompé. Pour la mise en bouche, je me suis rendu à 19h au Club. Le progamme nous apprend que cette scène “accueille des artistes issus des meilleures formations de jazz actuel et se hisse ainsi au rang de première plateforme dédiée à la relève du jazz européen dans un Festival.” (Présentation ici) J’y avais fait de belle découvertes l’année passée.

Le Cully Jazz à Dom – Prologue

Ben voilà. L’an passé, pour mes 60 ans, je m’étais offert la totalité du Cully Jazz avec logement sur place. J’étais installé chez Patricia et Denis Longet, dans leur magnifique chambre d’hôte (qui est en fait un petit appartement). À cinq minutes à pieds du centre de Cully. L’idéal.